Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
krisdarquis2rennes.overblog.com

bretagne

Le calvaire monumental de Pontchâteau (Bretagne/Loire Atlantique)

12 Avril 2020 , Rédigé par Kris Darquis auteure et animatrice chaine You Tube Publié dans #Brocéliande, #bretagne, #histoire, #mystères, #religion, #christianisme, #jesus

Station 1 - le prétoire grandeur nature figurant Pilate condamnant Jésus

Station 1 - le prétoire grandeur nature figurant Pilate condamnant Jésus

Pendant cette période de Pâques 2020 en mode confinement,  je vous propose une promenade à Pontchâteau, aux confins de la Bretagne et de la Loire Atlantique. Cette région assez proche de celle des Redones si chère à l’abbé Boudet est une terre de Foi où croix et calvaires jalonnent la plupart des communes et côtoient pierres levées et menhirs. Certains prêtres particulièrement inspirés ont entrepris la mise en place de chemins de croix singuliers ou monumentaux à l’instar du père Louis Marie Grignion de Montfort. Erigé sur un lieu choisi – la lande de la Madeleine – la construction de ce chemin de croix grandeur nature débuta en 1709 pour se terminer un an après. Chose curieuse, il fut détruit sur ordre du Roi Louis XIV sous l’instigation d’un certain sénéchal de la Chauvelière sous prétexte que ce calvaire était propre à donner asile à des gens de mauvaise volonté plutôt qu’à entretenir la dévotion du peuple. Il s’avère en fait que l’abbé de Montfort avait supprimé dans d’autres églises environnantes des litres et autres privilèges seigneuriaux. Le Jansénisme était peut-être passé par là. En 1948, Monseigneur Roncalli futur Pape Jean XXIII le canonisera. Restauré en 1821 par les abbés et Gouray et Barré, le site se visite encore aujoud’hui.

Cette courte vidéo ayant été réalisée début 2018 comme entraînement, merci par avance de votre compréhension. Ayez de la patience jusqu’au bout vous découvrirez un majestueux et imposant prétoire où Pilate est figuré condamnant Jésus avec un « invité surprise » à la clef. Prenez-soin de vous et de vos proches (Kris Darquis) 

Calvaire de Pontchâteau (Terre Sainte en Bretagne)

Calvaire de Pontchâteau (Terre Sainte en Bretagne)

Lire la suite

Qui êtes-vous Pierre Plantard ? chronique (Kris Darquis)

19 Octobre 2019 , Rédigé par Kris Darquis auteure et animatrice chaine You Tube Publié dans #Aude, #Déesse, #Esotérisme, #Kris Darquis, #Rennes-le-Château, #Rennes-les-Bains, #abbé Boudet, #Templiers, #bretagne, #da vinci code, #kris darquis, #prieuré de sion, #mystères

Parution septembre 2019

Parution septembre 2019

L’annonce du livre de Geneviève Béduneau chez Trédaniel sur Pierre Plantard a suscité avant toute lecture des critiques et observations sur les pages FB et sites ainsi qu’un nombre important de pré-commandes dans les librairies. Le sujet visiblement ne laisse pas indifférent tant les réactions sont épidermiques chez certains. Pierre Plantard est né en 1920 et décédé en l’an 2000 soit près de vingt ans. Il n’est donc plus là pour apporter des précisions sur la genèse de sa mystification liée à l’affaire dite de Rennes-le-Château ou répondre à ses détracteurs c’est dire si le dossier est épineux. Les chercheurs de la première génération lui reprochent de leur avoir « volé » leur histoire trésoraire pour greffer une mystification littéraire, allégorique et méta-historique qui eut pour conséquence intentionnelle ou non d’orienter les chercheurs d’une nouvelle génération dans une nasse égrégorique bien éloignée de l'affaire initiale.  Les publications le concernant n’ont jamais percé les ressorts de sa personnalité et les fondements de l’histoire qu’il a monté de toutes pièces avec de vrais-faux documents. Soit ils sont à charge soit ils lui prêtent des propos et des agissements qu’il est difficile de vérifier. Plantard reste à ce jour un mystère dans un mystère….

Geneviève Béduneau, écrivaine et conférencière reconnue avait toutes les qualités requises pour traiter le « dossier Plantard » sur demande d’un ami proche de l’éditeur Trédaniel. Titulaire d’un doctorat en théologie, elle a étudié les mythologies et les religions avec une prédilection pour les arcanes secrètes de l’histoire. Je dis avait car malheureusement elle est décédée brusquement en avril 2018. Beaucoup ont qualifié Plantard de mythomane et il l’était certainement pour nourrir aussi efficacement sa mystification. Son activisme littéraire, nationaliste et politique extrême-droite avant et pendant guerre documenté par des rapports de police et autres publications jettent incontestablement une lumière sombre sur l’homme Plantard. Question est de savoir quel fut réellement son activisme, a-t-il influé sur sa présence dans le Razès, sa connaissance de certains documents et l’orientation méta-historique du montage. Sur ce point précis, Geneviève Béduneau est peu diserte mais la raison en est peut-être qu’elle n'a pu mener à terme la rédaction de son ouvrage. Elle survole cette période, privilégie la tutelle intellectuelle à l'initiatique de Geneviève Zaepffel dans le parcours du jeune Plantard. Je me permets de vous référer à un article que j’ai écris sur le Manoir du Tertre en 2014. De deux choses l’une, soit l’auteure a intentionnellement fait l’impasse sur cette partie de vie soit elle a estimé que ce n’était pas fondamental et établi une frontière entre l’homme et l’oeuvre. Il aurait été plus approprié d’intituler ce livre Plantard par les textes car la trame est basés sur l’analyse des écrits. Ceux de jeunesse Vaincre (1942) auraient été parrainés par des membres de l’entourage des Zaepffel : George Monti, Camille Savoire figure majeure de la franc-maçonnerie et du martinisme et fondateur du grand prieuré des Gaules, Louis Le Fur, Paul Le Cour…..avec pour vecteur le concept de fin d’un cycle, de changement de religion et de tradition druidique et primordiale (Atlantide) sans oublier Moncharville et sa théorie de l’origine extra-terrestre de l’humanité - des éléments qui resteront en arrière-plan dans les textes à venir. Remarque personnelle, on constate que ces thématiques anciennes reviennent en force depuis quelque temps et passionnent la génération Millenials. Plantard aurait été davantage en phase avec notre époque que la sienne. Geneviève Béduneau prend plaisir à dérouler certains textes ayant pu servir de référence. Un détail a retenu mon attention  - Plantard associa La Croix du Sud à des figures de déesses Isis, Déméter et Ishtar symbolisant pour lui « le départ d’une nouvelle civilisation » le mythe avant l’heure de la grande déesse qui est en train de prendre place ...Plantard le pressentait-il ou bien le savait-il ? C’est un sujet d’étude personnelle actuel, j’y ai trouvé une synchronicité. On en vient enfin à Gisors et l’affaire de Rennes-le-Château. L’auteure détaille l’agencement des différents écrits par sa chronologie, son symbolisme et son inter-action avec des éléments historiques, géographiques et factuels de la région. On comprend petit à petit comme s’est monté le puzzle  à coup de cubes magiques, cosmogonie, astrologie, mythologie..où le tarot est un atout majeur !  L’auteure a fait un remarquable travail de décryptage notamment celui du Serpent Rouge et de Madeleine Blancassal. Ce fut un bon roman la  « belle histoire » demeure un égrégore fonctionnant à plein régime. . Dans le dernier chapitre Geneviève B. abordait justement l’aspect égrégorique susceptible de se renforcer par lui-même, un noeud essentiel de l’affaire. Elle n’a pu achever ce chapitre. Gino Sandri fut chargé de rédiger une postface en conclusion. Les préfaces de ce dernier et l'avant-propos de Bernard Fontaine délivrent des informations surprenantes pur les non-initiés sur des cénacles agissant dans les coulisses. En filigrane, on y trouve un antagonisme traversant structures initiatiques et néotemplières, des lieux tels que Lyon, Genève, Arginy, des figures telles que George Monti, Jacques Breyer, Vincent Planque, Robert Ambelain et même un certain Aleister Crowley (!). Je terminerai par un phrase de l’avant-propos : Geneviève Beduneau était persuadée qu’un égrégore avait bien été formé dans la région de Rennes-le-Château mais que depuis la mort de Pierre Plantard, il n’était plus contrôlable » (B. Fontaine) 
Bien inspiré qui pourra prédire quelle forme prendra ce golem médiatique et égrégorique dans les années à venir (Kris Darquis/septembre 2019) 
Lire la suite

SARZEAU : UN JEU DE PISTE VERS UN MYSTERE....(sur les pas de l'abbé Boudet)

18 Mars 2019 , Rédigé par Kris Darquis auteure et animatrice chaine You Tube Publié dans #histoire, #mystères, #bretagne, #abbé Boudet, #Rennes-le-Château, #Esotérisme, #reportage, #rennes-les-Bains

SARZEAU : UN JEU DE PISTE VERS UN MYSTERE....(sur les pas de l'abbé Boudet)

Sarzeau au centre de la presqu’île de Rhuys bordant le golfe du Morbihan. Outre la beauté du site, le but de cette visite était de dérouler le fil suivi par plusieurs chercheurs reliant ce lieu aux Razès : Sarzeau anagramme de Au Razèsapparaît dans l’œuvre de Maurice Leblanc avec Dorothée, danseuse de cordeet en introduction d’une nouvelle du recueil Les Confidences d’Arsène Lupin (1913) annonçant le mariage du gentleman cambrioleur avec Mademoiselle Angélique de Sarzeau-Vendôme (s’agit-il d’un axe à prendre en compte ?). Mais le plus intéressant et curieux est l’évocation de Sarzeau par l’abbé Boudet dans La Vraie Langue Celtique – page 156 chapitre V l’Armorique et ses tribus  « Tous les auteurs qui se sont occupés des industries celtiques nous apprennent que les tamis de crin sont d’invention gauloise mais ils ne disent pas où était le lieu d’invention et de fabrication.Sarzeau, dans la presqu'île de Rhuis nous instruit amplement à ce sujet – sarce (sarse), tamis, tissu de crin – to sew (sô), attacher, coudre » Un lieu qui instruit amplement se doit en toute logique de recéler des informations. L’auteur Jean-Pierre Garcia ayant eu l’excellente idée de suivre ce principe, nous connaissons aujourd’hui la présence ô combien instructive d’un tableau en l’église Saint-Saturnin de Sarzeau ressemblant en bien des points à la fameuse piéta ou christ au lièvre codée de Rennes-les-Bains. Vous pouvez voir des photos de cette œuvre sur le site de Jean-Pierre Garcia ainsi que sur le site de la Gazette de Rennes-le-Château(copyright Hemeac). Nous pensions pouvoir l’observer de visu et la photographier sauf que la déception fut au rendez-vous.  Point de tableau ! Avait-il disparu comme pouvait le laisser supposer des cadres vides à l’entrée de l’église ? Des personnes sur place ont avisé qu’en effet des tableaux avaient été mis dans la réserve sans être en mesure de nous donner plus de détails. Ce n’est qu’après coup que j’ai réalisé que la photo d’Hemeac de la Piéta datant de 2015 provenait de l’abbatiale Saint-Gildas-de-Rhuys et non de Sarzeau. 

La Piéta en miroir de celle de Rennes-les-Bains photographie en 2012 par Hemeac

La Piéta en miroir de celle de Rennes-les-Bains photographie en 2012 par Hemeac

La Piété ou Christ au Lièvre de Rennes-les-Bains (mise en place du temps de l'abbé Boudet) photo © JLG

La Piété ou Christ au Lièvre de Rennes-les-Bains (mise en place du temps de l'abbé Boudet) photo © JLG

J.P Garcia de son côté m’a confirmé que la Piéta photographiée sur son site était bien à Sarzeau en 2012. Ce déménagement de tableau est certes un détail mais il confirme bien que l’abbé Boudet en son temps était étrangement bien informé de la mise en place à Sarzeau de cette Piéta bretonne faisant miroir à celle de Rennes-les-Bains. Informé par qui et comment, lui l’occitan qui n’avait guère quitté sa région. Question : Y aurait-il eu des Lazaristes à Rhuys susceptibles de communiquer avec lui ?  Demeure  la certitude que l’abbé n’agissait pas seul et qu’il faisait bien parti d’un groupe. 

Autre fait à noter : L’église de Saint Saturnin de Sarzeau fut en possession de l’intégralité des copies des Sept Sacrements de Poussin. Selon un article de la Semaine Religieuse de 1868, ces tableaux faisaient l’étonnement des visiteurs connaisseurs. Le Duc d’Orléans, le père du Roi Louis-Philippe possédait une magnifique collection de tableaux au Palais Royal dans laquelle se trouvaient les orignaux de Poussin des Sept Sacrements plus les copies effectuées par les élèves du Maître et retouchées par ce dernier. Les originaux furent rachetés par un Anglais, les copies restèrent en France. Après avoir passé par un grand nombre de mains, elles ont été achetées par le Marquis Hippolyte de Gouvello qui en a fit don à l’église de Sarzeau. En 1952, il n’en restait plus que trois (L’Eucharistie – l’Ordination (1647) et le martyre de Saint Sébastien qui s’avéra être une œuvre du Guerchin. Tiens Poussin et Le Guerchin de nouveau « in the picture » dans ce même lieu ! (ref. document église) Pour terminer quelques photos de Sarzeau… 

L’église primitive de Sarzeau date du XI et XIIème siècle construit sur le même modèle que l’église abbatiale de St Gildas de Rhuys – notez les deux pyramides latérales sur le Fronton © JLG

L’église primitive de Sarzeau date du XI et XIIème siècle construit sur le même modèle que l’église abbatiale de St Gildas de Rhuys – notez les deux pyramides latérales sur le Fronton © JLG

Le château de Suscinio, ancienne demeure des Ducs de Bretagne  © JLG

Le château de Suscinio, ancienne demeure des Ducs de Bretagne © JLG

Un diable boiteux comme celui de Rennes-le-Château  © Darquis

Un diable boiteux comme celui de Rennes-le-Château © Darquis

Lire la suite

Geneviève Zaepffel, prophétesse et mentor (Pierre Plantard/Prieuré de Sion)

1 Février 2014 , Rédigé par Kris Darquis Publié dans #histoire, #mystères, #bretagne, #pierre plantard, #prieuré de sion, #Rennes-le-Château, #Brocéliande

Pierre Plantard est revenu au-devant de la scène castelrennaise par le biais des récentes publications. Son rôle dans la mystification du mystère de Rennes-le-Château avec l'hypothétique Prieuré de Sion a été clairement établi mais la main invisible de mentors agissant dans les coulisses reste encore à définir. Une des figures majeures à influer sur le parcours de Pierre Plantard fut sans conteste Geneviève Zaeppfel, médium célèbre de l'entre-deux-guerres qui partagea son temps entre son manoir de Paimpont (île et Vilaine) et son domicile parisien. Le Manoir du Tertre niché à l'orée de la forêt de Brocéliande demeure, quarante-trois ans après son décès, encore empreint de sa présence et témoigne de l'ambiance dans laquelle ont baigné Geneviève Zaepffel et son entourage. Les photos ci-dessous ont été prises en décembre 2013.

Issue de la bonne bourgeoise terrienne de Paimpont (famille Lachaux-Lefeuvre), Geneviève Zaepffel est née au Manoir du Tertre en 1892, demeure du dix-septième siècle dont elle hérita par la suite. A l'âge de sept ans, elle aurait été guérie d'une grave tuberculose après avoir reçu la vision de Saint Judicaël. Elle développera une grande piété et de puissantes facultés médiumniques. Jeune fille, elle rencontra au bal des officiers un militaire alsacien du nom de René Zaepffel. Ils se marièrent et s'installèrent dans le dix-septième arrondissement de Paris. Geneviève Zaepffel commença à exercer ses dons de voyance à son domicile et se fit rapidement une clientèle par la justesse de ses prédictions.

A la belle saison, les époux Zaepffel venaient à Paimpont et emmenaient avec eux une cuisinière - Amélie Raulo, veuve Plantard - qui travaillait à leur service de façon occasionnelle. Celle-ci venait accompagnée de son fils Pierre, alors en âge scolaire. N'ayant pas d'enfant, Geneviève Zaepffel se prit d'affection pour ce dernier et contribua à sa formation intellectuelle. Elle fréquentait les ésotéristes reconnus de son époque comme Paul Le Cour (fondateur de la revue Atlantis) Georges Monti et Oswald Wirth, qu'elle recevait fréquemment. Elle pratiquait le tarot et initia Pierre Plantard à l'art de tirer les cartes. Ce dernier confectionnera d'ailleurs son propre jeu et donnera à son tour des consultations. Détail à prendre en considération. Pierre Plantard peindra vingt-deux tableaux correspondant aux vingt-deux arcanes du tarot dit de Marseille figurant en arrière-plan des paysages et des éléments liés au secteur de Rennes-les-Bains. Malheureusement, seuls cinq de ces tableaux sont visibles dans la publication "Le Cercle" déposée par son fils Thomas à la BNF en 1992 . Outre diverses disciplines ésotériques, Geneviève Zaepffel lui enseigna les grands mystères des forces invisibles de la nature, si présentes dans les forêts bretonnes. Avec un mentor de cette qualité, Pierre Plantard a sans nul doute accumulé de grandes connaissances et à été à même de renforcer ses propres facultés sensorielles et médiumniques.

Geneviève Zaepffel fonda le Centre Spiritualiste de Paris situé 16 rue Wagram et donna des conférences publiques à forte audience qui lui procurèrent une grande visibilité et une notoriété internationale. On évoquera la présence de plus de 3000 personnes dans la salle Pleyel en 1939. La médium s'attardait volontairement sur la situation géopolitique particulièrement troublée de son époque. Elle s'attira les foudres des autorités françaises en prédisant en 1938 année qualifiée par elle de "décisive" que la France perdrait la guerre et n'avait de cesse d'insister sur un rapprochement franco-allemand à venir. Pendant l'occupation, elle chercha par divers moyens à entrer en contact avec le gouvernement de Vichy pour obtenir une audience auprès du Maréchal Pétain. Son activisme fit l'objet de compte-rendus par les renseignements généraux (ref : site du chercheur et écrivain Octonovo). Après la Libération, elle fut emprisonnée quelques mois pour propagande pro-allemande et pour avoir procédé à certaines publications jugées collaborationnistes puis elle fut frappée d'indignité nationale.On relate à Paimpont (ref. Brocéliande de A à Z) que pendant la guerre trois émissaires britanniques débarquèrent au manoir pour lui demander de mettre ses dons de visionnaire au service de la Résistance, raison pour laquelle elle sera libérée rapidement. Elle recevra plus tard d'éminents visiteurs comme le Général de Gaulle qui la consultait régulièrement. Comme on le voit, les témoignages la concernant sont divers et parfois même contradictoires. Geneviève Zaepffel déclara en 1948 aux services de police que ses paroles avaient été mal interprétées et sa pensée déformée, ceci provenait du fait qu'elle avait eu le tort de donner des dates alors que ses prédictions devaient s’étendre sur au moins dix années. Geneviève Zaepffel en avance sur son temps - quoi de plus normal pour une médium - mais peut-être était-elle justement trop en avance. Elle devait être intimement convaincue du bien-fondé de ses prophéties pour affirmer haut et fort une réorganisation politique mondiale où la France tiendrait un rôle capital et l'avénement d'une nouvelle ère qui marquerait le début d'une nouvelle évolution de l'humanité. Il semble qu'elle n'ait pas été entendue ou comprise comme il le fallait puisque sa voix s'est faite de plus en plus rare pour s'éteindre définitivement en 1971.

Pierre Plantard est resté en contact avec Geneviève Zaepffel jusqu'à sa mort. Il a probablement été mis dans la confidence de certains grands secrets par son intermédiaire et par le cercle d'initiés gravitant autour d'elle. A-t-il été chargé de reprendre le flambeau et de transmettre à son tour des messages ? Ces informations ont pu dans un premier temps être amenées à être divulguées dans un schéma et un timing planifié à l'avance. Il est à noter que Pierre Plantard se fit appeler "de Saint Clair" à partir du milieu des années soixante-dix soit après le décès de Geneviève Zaepffel. Ceci peut laisser à penser que ces secrets ont pu nourrir la mythomanie de Pierre Plantard et le pousser à dépasser le cadre initial et à agir en électron libre. Il avait alors cinquante et un ans et possédait les fondamentaux nécessaires pour mettre au point le décorum de sa mystification. Il devait pourtant savoir que tout chemin initiatique requiert un dépouillement de l'égo et un lâcher prise de toute ambition personnelle. Dans la Tradition, l'élu est désigné par un groupe précis à un moment déterminé. En aucune façon, il se s'autoproclame tel quel. Pierre Plantard a intentionnellement dérogé à ce principe et s'est mis lui-même en avant en se présentant publiquement comme le descendant des véritables rois de France par la survivance de la lignée mérovingienne. Est-il tombé dans le piège de son égo surdimensionné par frustration de ses origines modestes ou bien poursuivait-il un but précis ? Cette démarche intellectuellement suicidaire ne pouvait que le décrédibiliser aux yeux de tous et lui causer de nombreux déboires. L'émule de Geneviève Zaepffel a manifestement lancé une bouteille à la mer dans un océan de scepticisme reste deux questions : la première - le message est-il parvenu à bon port - et la deuxième - pourquoi vouloir attirer l'attention sur le petit village audois de Rennes-les-Bains ? (Kris Darquis).

Hemeac © Le Manoir du Tertre se situe à la sortie de Paimpont (40 kilomètres de Rennes) en bordure de forêt. Ancienne demeure familiale de Geneviève Zaeppfel, le manoir a été transformé en maison d'hôtes et reçoit beaucoup de visiteurs parmi lesquels des adeptes de la culture celte et druidique, des gébiologues attirés par les vibrations telluriques du lieu, des écrivains pour y puiser leur inspiration et des passionnés du mystère de Rennes-le-Château. Le  propriétaire actuel, parisien d'origine, acquit il y a huit ans le manoir alors en plein délabrement et le rénova en s'efforçant de conserver son âme initiale. La proposition d'achat lui est parvenue d'une manière totalement fortuite. Ce n'est que bien plus tard qu'il réalisa qu'il avait habité pendant toute son enfance rue Legendre à Paris (17ème), dans la même rue où précisément Geneviève Zaeppfel  installa en 1939 son domicile et son cabinet de voyance (situé au numéro 17)).

Hemeac © Le Manoir du Tertre se situe à la sortie de Paimpont (40 kilomètres de Rennes) en bordure de forêt. Ancienne demeure familiale de Geneviève Zaeppfel, le manoir a été transformé en maison d'hôtes et reçoit beaucoup de visiteurs parmi lesquels des adeptes de la culture celte et druidique, des gébiologues attirés par les vibrations telluriques du lieu, des écrivains pour y puiser leur inspiration et des passionnés du mystère de Rennes-le-Château. Le propriétaire actuel, parisien d'origine, acquit il y a huit ans le manoir alors en plein délabrement et le rénova en s'efforçant de conserver son âme initiale. La proposition d'achat lui est parvenue d'une manière totalement fortuite. Ce n'est que bien plus tard qu'il réalisa qu'il avait habité pendant toute son enfance rue Legendre à Paris (17ème), dans la même rue où précisément Geneviève Zaeppfel installa en 1939 son domicile et son cabinet de voyance (situé au numéro 17)).

Kris Darquis © L'arrière du Manoir. Tout autour la forêt mythique de Paimpont et la présence de tumulus à proximité immédiate. Ce paysage breton ressemble par certains aspects à celui du Razès.

Kris Darquis © L'arrière du Manoir. Tout autour la forêt mythique de Paimpont et la présence de tumulus à proximité immédiate. Ce paysage breton ressemble par certains aspects à celui du Razès.

Kris Darquis © C'est en haut de cet escalier menant à l'étage supérieur où se trouve sa chambre que Geneviève Zaeppfel reçut la vision de saint Judicaël. Elle fut guérie de la tuberculose à l'âge de sept ans et commença à développer des facultés médiumniques qu'elle perfectionnera tout au long de sa vie. Le pilier en bois situé en bas de l'escalier arbore un G majuscule et des glands au sommet, symbole d'une loge maçonnique forestière.

Kris Darquis © C'est en haut de cet escalier menant à l'étage supérieur où se trouve sa chambre que Geneviève Zaeppfel reçut la vision de saint Judicaël. Elle fut guérie de la tuberculose à l'âge de sept ans et commença à développer des facultés médiumniques qu'elle perfectionnera tout au long de sa vie. Le pilier en bois situé en bas de l'escalier arbore un G majuscule et des glands au sommet, symbole d'une loge maçonnique forestière.

Kris Darquis © Geneviève Zaepfell donna des instructions précises concernant ce tableau/ portrait à son entourage . En aucun cas, celui-ci ne devait être déplacé. On ne connait pas la raison de cette curieuse volonté posthume pour un tableau qui devait revêtir à l'évidence une grande importance pour elle.  La table ronde pouvait être utilisée dans le cadre de communications spirites ou des séances de médiumnité.

Kris Darquis © Geneviève Zaepfell donna des instructions précises concernant ce tableau/ portrait à son entourage . En aucun cas, celui-ci ne devait être déplacé. On ne connait pas la raison de cette curieuse volonté posthume pour un tableau qui devait revêtir à l'évidence une grande importance pour elle. La table ronde pouvait être utilisée dans le cadre de communications spirites ou des séances de médiumnité.

Kris Darquis © Le regard empreint de gravite de Geneviève Zaepfell semble suivre les visiteurs lorsqu'ils se déplacent. Son allure austère et distante impressionnait au premier abord. Elle est restée dans les mémoires locales comme la prophétesse de Brocéliande.

Kris Darquis © Le regard empreint de gravite de Geneviève Zaepfell semble suivre les visiteurs lorsqu'ils se déplacent. Son allure austère et distante impressionnait au premier abord. Elle est restée dans les mémoires locales comme la prophétesse de Brocéliande.

Kris Darquis ©  Ce geste a-t-il une signification particulière ?  Geneviève Zaepffel arborait toujours la même tenue blanche de "druidesse" lors de ses conférences publiques.

Kris Darquis © Ce geste a-t-il une signification particulière ? Geneviève Zaepffel arborait toujours la même tenue blanche de "druidesse" lors de ses conférences publiques.

Kris Darquis © Un miroir est intentionnellement apposé en face du tableau. Geneviève Zaepffel souhaitait-elle que son visage apparaisse pour l'éternité dans son reflet ? Les lieux demeurent indubitablement chargés de sa présence.

Kris Darquis © Un miroir est intentionnellement apposé en face du tableau. Geneviève Zaepffel souhaitait-elle que son visage apparaisse pour l'éternité dans son reflet ? Les lieux demeurent indubitablement chargés de sa présence.

Hemeac © Geneviève Zaepffel formait avec son époux René un couple particulièrement uni et complémentaire. Elle consacrait son temps à poursuivre ses recherches ésotériques, à préparer ses conférences et à exercer son métier de médium. Lui s'occupait de l'intendance et des contingences matérielles. Ils n'eurent pas d'enfant. C'est peut-être ce manque d'enfant qui poussa Geneviève Zaepffel à prendre sous son aile Pierre Plantard et en faire son fils spirituel.

Hemeac © Geneviève Zaepffel formait avec son époux René un couple particulièrement uni et complémentaire. Elle consacrait son temps à poursuivre ses recherches ésotériques, à préparer ses conférences et à exercer son métier de médium. Lui s'occupait de l'intendance et des contingences matérielles. Ils n'eurent pas d'enfant. C'est peut-être ce manque d'enfant qui poussa Geneviève Zaepffel à prendre sous son aile Pierre Plantard et en faire son fils spirituel.

Kris Darquis © Les Zaepffel avaient l'art et la manière de recevoir leurs hôtes. On peut aisément les imaginer s'entretenir avec eux au coin du feu pendant de longues soirées à refaire le monde et à échanger des informations .. et des secrets. Pierre Plantard fut probablement témoin de ces discussions.

Kris Darquis © Les Zaepffel avaient l'art et la manière de recevoir leurs hôtes. On peut aisément les imaginer s'entretenir avec eux au coin du feu pendant de longues soirées à refaire le monde et à échanger des informations .. et des secrets. Pierre Plantard fut probablement témoin de ces discussions.

Kris Darquis © La chambre où dormait Geneviève Zaepffel a été conservée en l'état. Elle y passait la plupart de son temps à écrire sur son bureau installé près de la fenêtre et à pratiquer la méditation. Elle ne dédaignait pas pour autant les plaisirs terrestres puisqu'elle organisait de nombreux dîners pendant lesquels elle ne buvait dit-on que du champagne. Geneviève Zaepffel décéda au Manoir. Son esprit hanterait encore les lieux.

Kris Darquis © La chambre où dormait Geneviève Zaepffel a été conservée en l'état. Elle y passait la plupart de son temps à écrire sur son bureau installé près de la fenêtre et à pratiquer la méditation. Elle ne dédaignait pas pour autant les plaisirs terrestres puisqu'elle organisait de nombreux dîners pendant lesquels elle ne buvait dit-on que du champagne. Geneviève Zaepffel décéda au Manoir. Son esprit hanterait encore les lieux.

Kris Darquis © Les autres chambres ont été rénovées dans un style moderne et confortable. Beaucoup viennent au Manoir pour se ressourcer.

Kris Darquis © Les autres chambres ont été rénovées dans un style moderne et confortable. Beaucoup viennent au Manoir pour se ressourcer.

Kris Darquis © Geneviève Zaepffel à la fin de sa vie. Elle aurait prédit bien avant la construction européenne une unification de l'Allemagne et de la France et la monnaie unique pour l'an 2000.

Kris Darquis © Geneviève Zaepffel à la fin de sa vie. Elle aurait prédit bien avant la construction européenne une unification de l'Allemagne et de la France et la monnaie unique pour l'an 2000.

Kris Darquis © Tombeau familial des Lefeuvre-Zaepffel.

Kris Darquis © Tombeau familial des Lefeuvre-Zaepffel.

Kris Darquis © Geneviève Zaepffel est décédée le 21 juin 1971.. jour du solstice d'été ! Troublante concomittance quand on connait l'importance de la symbolique du soleil dans la Tradition atlantéenne, qui lui était si chère.  Chez les Celtes, cette journée est celle de la connexion avec le divin et de la renaissance.

Kris Darquis © Geneviève Zaepffel est décédée le 21 juin 1971.. jour du solstice d'été ! Troublante concomittance quand on connait l'importance de la symbolique du soleil dans la Tradition atlantéenne, qui lui était si chère. Chez les Celtes, cette journée est celle de la connexion avec le divin et de la renaissance.

Kris Darquis © L'abbaye Notre-Dame-de-Paimpont se situe au bord d'un étang qui aurait été dans les temps anciens encerclé par un véritable cromleck.

Kris Darquis © L'abbaye Notre-Dame-de-Paimpont se situe au bord d'un étang qui aurait été dans les temps anciens encerclé par un véritable cromleck.

Kris Darquis © Dans le centre du village de Paimpont, une plaque commémorative indique que Jeanne de Gaulle (mère du Général de Gaulle) s'était réfugiée après la débâcle de 1940 dans l'appartement loué par son fils Xavier.  C'est ici qu'elle entendra le fameux appel du 18 juin et qu'elle décédera un mois plus tard.

Kris Darquis © Dans le centre du village de Paimpont, une plaque commémorative indique que Jeanne de Gaulle (mère du Général de Gaulle) s'était réfugiée après la débâcle de 1940 dans l'appartement loué par son fils Xavier. C'est ici qu'elle entendra le fameux appel du 18 juin et qu'elle décédera un mois plus tard.

Hemeac © Saint Judicaël, personnage emblématique de la Bretagne. Ce roi très pieux construisit vers l'an 645 un prieuré à Paimpont et se retira dans un monastère. Il était contemporain du roi mérovingien Dagobert 1er.

Hemeac © Saint Judicaël, personnage emblématique de la Bretagne. Ce roi très pieux construisit vers l'an 645 un prieuré à Paimpont et se retira dans un monastère. Il était contemporain du roi mérovingien Dagobert 1er.

Kris Darquis © La forêt de Paimpont abrite des mégalithes, des tumulus et des rochers gravés et anthropomorphes. Un terrain de jeu magique qui a certainement frappé l'imagination débordante du jeune Pierre Plantard.

Kris Darquis © La forêt de Paimpont abrite des mégalithes, des tumulus et des rochers gravés et anthropomorphes. Un terrain de jeu magique qui a certainement frappé l'imagination débordante du jeune Pierre Plantard.

Kris Darquis © Des paysages enchanteurs propice aux légendes de dames blanches, de fées, d'elfes, d'arbres magiques et d'élémentaux. Brocéliande est le berceau de la légende Arthurienne avec le Val sans Retour de la fée Morgane et le Tombeau de Merlin.

Kris Darquis © Des paysages enchanteurs propice aux légendes de dames blanches, de fées, d'elfes, d'arbres magiques et d'élémentaux. Brocéliande est le berceau de la légende Arthurienne avec le Val sans Retour de la fée Morgane et le Tombeau de Merlin.

Diverses publications de Geneviève Zaepffel.

Diverses publications de Geneviève Zaepffel.

Lire la suite