Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Portofino : luxe, champagne Mumm et malédiction de Toutankhamon

7 Juillet 2013 , Rédigé par Kris Darquis

Portofino : luxe, champagne Mumm et malédiction de Toutankhamon

Plaque comtesse Elisabeth Carnarvon (belle-mère de Lord Carnarvon, mécène de l'archéologue Howard Carter) - Portofino - Kris Darquis ©

"Ce petit village s'étend comme un croissant de lune autour d'un calme bassin", c'est ainsi que Guy de Maupassant décrivait Portofino, en 1889, du haut de son yacht Bel Ami. Situé à seulement 200 kilomètres de Nice, cette petite station balnéaire nichée au fond d'une crique est devenue au fil du temps un petit joyau de la Riviera Italienne prisé par les rich and famous.

Initialement nommé Portus Delphini par les Romains, en référence à la présence de nombreux dauphins au large, ce village de pêcheurs, comme tous les autres villages de cette zone côtière italienne, eut à subir les violentes incursions des pirates sarrasins, normands et autres, ceci jusqu'au 16ème siècle.

A partir de la fin du XIXème siècle, Portofino se transforma en un lieu de villégiature pour aristocrates anglais et allemands. Le premier à s'y installer fut le consul anglais à Gênes, Sir Montague Yeats Brown. Celui-ci fit l'acquisition, en 1870, de l'ancienne forteresse et tour de guet datant du XVIème siècle surplombant la baie de Portofino et l'aménagea en une résidence privée jusqu'à sa vente et sa reprise par la ville de Portofino qui la convertit en 1961 en musée tout en conserva le nom de Castello Brown.

Une autre grande famille de la noblesse a marqué de sa présence Portofino - celle des Von Mumm - originaire de Rhénanie en Allemagne et fondatrice de la célèbre maison de Champagne Mumm (Reims) avec son appellation Cordon Rouge (1876). Le baron Alfons Von Mumm s'installa à Portofino en 1910 en compagnie de son épouse écossaise, Jeannie, jusqu'à sa mort en 1924. La baronne Jeannie Von Mumm décida de rester à Portofino et continua de recevoir dans sa propriété du Castello San Giorgio. En avril 1945, elle fit preuve d'un acte de courage qui lui vaut encore aujourd'hui des marques de reconnaissance des habitants du village. Elle n'hésita pas à se mettre en danger en s'adressant directement à l'officier SS Reimer qui occupait le Castello Brown pour faire appel à sa conscience et le convaincre de ne pas suivre l'ordre que ce dernier avait reçu de son commandement, alors en pleine débâche, de bombarder le port de Portofino.

L'atmosphère romanesque de Portofino a inspiré de nombreux peintres et écrivains célèbres. La réalité peut parfois dépasser la fiction, Une légende court... la Villa Altachiara serait le théâtre d'une malédiction, et pas n'importe laquelle, celle du pharaon Toutankhamon. Construite en 1874 sur un promontoire par le comte Carnarvon, quatrième du nom, la Villa offre une vue spectaculaire sur la baie. Elle comporte une trentaine de chambres et un parc immense. Ce fut son successeur, le fameux "Lord Carnarvon" (1866-1923), qui donna naissance à la légende de la malédiction du pharaon puisqu'il finança en qualité de mécène l'archéologue Howard Carter, découvreur de la tombe de Touthankamon (1922) et qu'il fut le premier de la liste des personnes présentes à l'ouverture du tombeau à avoir décédé prématurément des suites d'une étrange infection. Son demi-frère Aubrey Herbert Carnarvon, fils de la comtesse Elisabeth Carnarvon, hérita de la Villa et mourut curieusement seulement quelques mois après. Plus tard, un autre propriétaire fera une chute et en mourra.

Plus récemment, un fait divers tragique, digne d'un roman policier, se produisit dans la Villa. En janvier 2001, le corps sans vie de la comtesse Francesca Vacca Agusta, épouse du propriétaire des lieux - l'industriel italien fondateur de la compagnie d'hélicoptère italienne Agusta - fut retrouvée au large de Bormes-les-Mimosas (Var) à 400 kilomètres de Portofino. L'absence d'eau dans les poumons indique qu'elle ne s'est pas noyée. Alors meurtre ou suicide ? Depuis 2009, la Villa Altachiara est en vente et à ce jour elle n'a toujours pas trouvé d'acquéreur. Par crainte d'être frappé par la malédiction ?

Aujourd'hui, Portofino compte près de 500 habitants. La circulation automobile est interdite dans le centre du village, où se jouxtent boutiques de luxes, cafés et restaurants dans un dédale de ruelles étroites. Ce petit havre de paix continue d'attirer en toute discrétion la jet-set internationale, les grands de ce Monde, magnats de l'industrie et de nombreux touristes. Un petit Saint-Tropez à l'Italienne en quelque sorte à une petite différence près, l'ostentation ici s'apparente à une faute de goût.

Kris Darquis

Kris Darquis © A la baronne Von Mumm,  emportée par le parfum de la mer et la caresse du vent qui a combattu la barbarie en faisant preuve de courage. Les habitants de Portofino ont apposé cette plaque en sa mémoire.

Kris Darquis © A la baronne Von Mumm, emportée par le parfum de la mer et la caresse du vent qui a combattu la barbarie en faisant preuve de courage. Les habitants de Portofino ont apposé cette plaque en sa mémoire.

Kris Darquis © A la prochaine occasion, sablez du champagne Mumm en ayant une pensée pour Jeanne Watt Ved Von Mumm qui sauva Portofino de la destruction ordonnée par le commandant de l'armée d'occupation en mars 1945.

Kris Darquis © A la prochaine occasion, sablez du champagne Mumm en ayant une pensée pour Jeanne Watt Ved Von Mumm qui sauva Portofino de la destruction ordonnée par le commandant de l'armée d'occupation en mars 1945.

JLUC © Se rendre par voiture à Portofino n'est pas aisé, il est préférable de prendre le bateau à Rapallo (20 minutes de traversée). L'accès maritime très étroit qui débouche sur la petite baie a longtemps protégé ce village de pêcheurs des exactions des pirates et continue aujourd'hui de le protéger des regards ainsi que d'un tourisme de masse.

JLUC © Se rendre par voiture à Portofino n'est pas aisé, il est préférable de prendre le bateau à Rapallo (20 minutes de traversée). L'accès maritime très étroit qui débouche sur la petite baie a longtemps protégé ce village de pêcheurs des exactions des pirates et continue aujourd'hui de le protéger des regards ainsi que d'un tourisme de masse.

JLUC © Les facades en trompe-l'oeil, caractéristiques des maisons de la province de la Ligurie, étaient conçues à l'origine pour éviter d'attirer la convoitise des pirates. Les Italiens des provinces environnantes ont eu coutume d'ironiser sur l'utilisation généralisée de ces trompe-l'oeil qui pouvait faire office de "cache-misère". La configuration côtière et le relief montagneux accidenté ont pendant longtemps freiné  le développement économique de la Ligurie mais aujourd'hui cette province est l'une des plus prospères d''talie et peut s'enorgueillir de posséder des stations balnéaires parmi les plus côtées du pays.

JLUC © Les facades en trompe-l'oeil, caractéristiques des maisons de la province de la Ligurie, étaient conçues à l'origine pour éviter d'attirer la convoitise des pirates. Les Italiens des provinces environnantes ont eu coutume d'ironiser sur l'utilisation généralisée de ces trompe-l'oeil qui pouvait faire office de "cache-misère". La configuration côtière et le relief montagneux accidenté ont pendant longtemps freiné le développement économique de la Ligurie mais aujourd'hui cette province est l'une des plus prospères d''talie et peut s'enorgueillir de posséder des stations balnéaires parmi les plus côtées du pays.

Kris Darquis © L'église San Giorgio situé sur les hauteurs du village abrite les reliques de saint Georges (célèbre pour avoir terrassé le dragon). ramenées de Terre sainte pendant les croisades. La croix de Saint Georges est l'emblème de la province de Ligurie dont fait partie Portofino. Elle apparaît dans le drapeau de l'Angleterre dont saint Georges est devenu le saint patron au XIVème siècle, sous Edouard III.

Kris Darquis © L'église San Giorgio situé sur les hauteurs du village abrite les reliques de saint Georges (célèbre pour avoir terrassé le dragon). ramenées de Terre sainte pendant les croisades. La croix de Saint Georges est l'emblème de la province de Ligurie dont fait partie Portofino. Elle apparaît dans le drapeau de l'Angleterre dont saint Georges est devenu le saint patron au XIVème siècle, sous Edouard III.

JLUC © A l'intérieur de l'église San Martino située au centre du village, deux christs - un blanc et un noir - sont placés à distance l'un de l'autre.

JLUC © A l'intérieur de l'église San Martino située au centre du village, deux christs - un blanc et un noir - sont placés à distance l'un de l'autre.

Kris Darquis © Un mur est réservé aux plaques commémoratives dédiées aux célèbres ou moins célèbres bienfaitrices et bienfaiteurs qui manifestèrent leur attachement à Portofino. Parmi eux, de nombreux étrangers.

Kris Darquis © Un mur est réservé aux plaques commémoratives dédiées aux célèbres ou moins célèbres bienfaitrices et bienfaiteurs qui manifestèrent leur attachement à Portofino. Parmi eux, de nombreux étrangers.

Kris Darquis © Le petit cimetière protestant, attenant à celui du village, où reposent les sépultures de la famille Von Mumm.

Kris Darquis © Le petit cimetière protestant, attenant à celui du village, où reposent les sépultures de la famille Von Mumm.

Kris Darquis © De sa hauteur, Le Castello Brown s'insère parfaitement dans ce paysage romanesque.

Kris Darquis © De sa hauteur, Le Castello Brown s'insère parfaitement dans ce paysage romanesque.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article